Où sont les ingénieuses ?

Devant Jacques Morganti, leur professeur, Alexis, Killian, Jérémy et Quentin, fiers du fruit de leur travail. 
© Photo NR

Orléans. Deux équipes du lycée Blaise-Pascal, à Châteauroux, participaient aux Olympiades des sciences de l’ingénieur. Domaine très masculin

 

De notre rédaction d’OrléansLes deux équipes du lycée Blaise-Pascal, à Châteauroux, n’iront pas à la finale nationale, mais Nicolas, Benjamin, Léo et Kilian, Quentin, Jérémy et Alexis, ne regrettent pas leur participation aux 9es Olympiades des sciences de l’ingénieur, à Orléans, le 18 avril. D’abord parce que les premiers ont tout de même décroché le prix de « la démarche du projet », et les seconds, celui de la communication. Ensuite parce que, comme pour leur professeur, Jacques Morganti, la manifestation est « une occasion incroyable de rencontres et de découvertes ». 
Des heures de travailAu dernier étage de la pépinière orléanaise de start-ups, le Lab’o, le 18 avril, une centaine de lycéens de l’académie avaient fait le déplacement, chacune des quatorze équipes venant présenter son projet mûri pendant des heures de travail, en cours « et bien souvent aussi en dehors des heures de cours ».


« Notre drone peut être programmé par les pompiers pour aller livrer d’urgence un défibrillateur sur le lieu d’un malaise », explique Nicolas. Son équipe a rendez-vous la semaine prochaine avec les pompiers de Châteauroux, pour peaufiner l’engin. « Ils ont un nombre incroyable d’idées, le plus souvent utiles », explique Jacques Morganti. L’autre équipe de Blaise-Pascal a conçu et fabriqué une voiture radiocommandée, pilotée avec un smartphone, « munie de capteurs permettant d’éviter les obstacles et qui rejoint seule sa base de rechargement », explique Alexis.


Tous ces ingénieux lycéens – sauf Kilian qui veut faire du commerce – visent une école d’ingénieurs. L’objectif des Olympiades est donc atteint et la vocation des jeunes y est même confortée.
Mais où sont les filles ? « J’en ai deux sur trente élèves », déplore Jacques Morganti. « C’est un vrai problème », confirme Yves Traquelet, professeur de sciences de l’ingénieur en classes préparatoires à Orléans et organisateur de la manifestation. Jean-Paul Combémorel, délégué régional EDF Centre-Val de Loire, parrain de l’édition 2018 de ces Olympiades, explique : « Dans une entreprise, on a besoin d’hommes et de femmes, et dans les domaines techniques, c’est même essentiel car l’approche des uns et des autres est différente, donc enrichissante ».

 

https://www.lanouvellerepublique.fr/indre/ou-sont-les-ingenieuses

En savoir plus...

“ Ondes de choc ” à Rosa-Parks

A l’occasion du Forum du numérique éducatif, la semaine dernière, le collège Rosa-Parks a dévoilé ses activités dans ce domaine.
Parmi ces dernières, figure une classe média, depuis la rentrée de septembre. Initiée par Grégory Doussot, principal, cette section accueille des élèves de troisième. Elle innove avec un projet de web-radio appelé Ondes de choc. Au programme, six émissions enregistrées dans les deux studios de radio situés dans l’enceinte de l’établissement. 
Les collèges d’Éguzon, Honoré-de-Balzac d’Issoudun, Beaulieu, La Fayette (Touvent), et le lycée Blaise-Pascal ont fait le déplacement pour cette journée. Jean-François Gachet, inspecteur d’académie, assistait au lancement de l’opération. 

En savoir plus...